Kagami No Imeーji

A quoi ressemblez-vous quand vous vous regardez dans le miroir ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Anne Darwins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
~L’ombre du souvenir~
avatar
~L’ombre du souvenir~


Messages : 53
Date d'inscription : 03/09/2011
Age : 21


Youre Secret Identity
Age : 15 ans
Pouvoir:
Rp en cours:

MessageSujet: Anne Darwins Sam 3 Sep - 15:42











Darwins
Anne

[Rozen Maiden] feat [Kirakishou]
Surnom : Elle n'en a pas. Anne, c'est déjà assez court.
Sexe : ♀
Âge & Date de naissance : 15 ans. Elle a vu le jour le 2 avril.
Origine : Britannique et Canadienne
Groupe sanguin : A+
Orientation sexuelle : bisexuelle, mais avec une nette préférence pour les hommes.
Statut(Etudiant(e), professeur...) : Esclave
Race : Sylphide
Rang souhaité : ~L’ombre du souvenir~





Il était une fois...


On ne peut jamais raconter la vérité parfaitement. On n’oublie toujours un ou deux détails pourtant cruciaux qui font que les gens crient calomnie ou histoire de pure folie. Mais dans notre monde, nos histoires, autrement dit « légendes », ne cachent-elles pas toutes une part de véracité ? Parfois, on commet des actes si malsains qu’on préfère croire à un rêve plutôt que d’affronter les conséquences. Ainsi vient au monde, les récits sordides et effrayants qui terrifient les enfants d’aujourd’hui.

Un jour, une dame s’est assise près de moi dans le parc. Ses yeux étaient enflés comme si elle avait pleuré toutes les damnés larmes de son corps. Au début, je n’ai pas osé lui parler, mais sa mine épouvantable m’a résigné. D’un ton inquiet, je lui ai demandé si tout allait bien. Elle a baissé la tête, on aurait dit qu’elle portait tout le poids de l’univers. J’ai posé ma main sur son épaule ; geste que j’aurais voulu rassurant. Pourquoi le sort d’une inconnue m’inquiétait-il autant ? Et bien, si vous aviez vu le regard rempli de désespoir qu’elle m’a lancé ce jour-là, vous auriez certainement fait de même. D’une main tremblante, elle a sorti une photo de sa poche. Le cliché avait dût maintes fois être manipulé, car les coins étaient racornies et l’image quelque peu effritée. J’observai la photo qu’elle me tendait, la prenant précautionneusement sous mes doigts comme si c’était le plus précieux des trésors. Pour la dame, ça semblait être le cas. Sous l’usure, on apercevait deux petites silhouettes. Deux minuscules fillettes habillées de rose et cette couleur n’était pas la seule chose qu’elles partageaient. On les aurait dites conçues dans le même moule ; c’était des jumelles sans aucun doute. Même si ce n’était qu’un bout de papier, je sentais qu’elles étaient chacune indispensable à l’autre. Comment pouvais-je penser une telle chose ? Je ne sais pas trop…peut-être leur façon de se placer…une main tendue vers l’autre comme si elles avaient sans cesse besoin de rester en connexion ? Connexion ? Pourquoi diable, utilisais-je un tel mot ? N’aurais-je pas pu dire « sans cesse besoin de se toucher » ? Non…il y avait plus que ça dans leurs regards. Un espèce d’amour fraternel sans limite…Je ramenai mon attention sur la dame et lui demandai qui étaient ces jolies demoiselles ? Elle me répondit : « Ce sont mes filles : Kelly et Anne. Mes plus grandes fiertés et cela à tout jamais. » Elle eut un moment d’hésitation puis me demanda : « Vous ne les auriez pas vues par hasard ? Je les cherche depuis cinq longues années. » Elle m’avait dit cela d’un ton chevrotant, mais qui se voulait égale. Encore une fois, toute la peine du monde vint se lire dans ses yeux. Je contemplai le cliché. Les gamines ne devaient pas avoir plus de dix ou onze ans. Pas assez pour faire une fugue, non ? Si l’hypothèse de la fugue était épargnée, il restait l’enlèvement…mais quel genre de monstres pourrait ôter à leurs parents d’aussi adorables fillettes sans crouler sous les remords ? Je remis la photographie à sa propriétaire tout en hochant négativement la tête. Non, je ne les avais jamais vues avant cette image, mais je donnerais bien tout l’or du monde pour savoir ce qu’il leur est arrivé. La dame me lança un sourire triste et me fit un signe de la main tout en continuant son chemin.

Jamais plus je ne la reverrais sauf dans des émissions télévisées où les parents toujours remplis d’espoir lance un dernier appel de secours aux gens de toute la planète. Moi, je finirai simplement mes jours, en priant chaque soir pour l’âme des jumelles. Cependant, j’aurais prié deux fois plus si la vérité m’avait été dévoilée…oui deux fois plus. Peut-être est-il heureux que la mère ne sache pas où sont Kelly et Anne…ou plutôt ce qu’elles sont devenues. Ainsi les histoires restent des histoires et la vérité quelque chose de lointain, mais de possible. Malheureusement pour vous, j’ai l’horreur de vous annoncer que si vous continuez à lire, vous découvrirez que les récits sont dix milles fois mieux lorsqu’ils restent des récits. Essayez donc de vous mettre dans la peau des parents des deux fillettes maintenant et bonne lecture…

Kelly et Anne Darwins sont nées en Angleterre d’une mère anciennement Canadienne, Rosalynda, et d’un père nativement londonien, Erik. En ce deuxième jour du mois d’avril, alors que les farces et attrapes retournaient dans la poussière du grenier jusqu’à l’année prochaine, les jumelles respirèrent pour la première fois. Celle qui eut l’honneur d’être l’aînée fut Kelly. Un nourrisson tout sauf chétif qui hurlait déjà d’être sortie de son antre douillet. À peine cinq minutes plus tard, c’était au tour du deuxième nouveau-né de rencontrer brutalement le monde réel. Là, ce produisit l’élément déclencheur qui vint mettre la puce à l’oreille sur l’étrange lien qui habitait les sœurs Darwins. Aussitôt qu’Anne eut rejoint Kelly dans les bras de l’infirmière, toutes deux cessèrent de crier. Rosalynda, dans sa joie d’être enfin maman, ne remarqua pas ce petit manège. Il en fut tout autrement pour le personnel de l’hôpital qui en fut tout étonné. Quelles petites filles singulières étaient déjà les jumelles Darwins, des jumelles identiques soit dit en passant.

Les années s’écoulèrent, mettant à jour peu à peu l’étrange duo Darwins. À presque trois ans, Kelly ne disait pas un mot. Elle criait de temps en temps, mais c’était tellement rare que pour les parents, il s’agissait un véritable soulagement d’entendre leur aînée produire un son. Celle-ci ne semblait aucunement importunée, elle parvenait toujours à se faire comprendre grâce à sa sœur. Une raison inexpliquée par les Darwins faisait en sorte que les fillettes se comprennent à cause d’un langage corporel dont elles-seules maîtrisaient. Un clignement de yeux de Kelly et Anne courrait quémander de la nourriture. Un geste circulaire du doigt valait tous les « je t’aime » du monde. Non, Kelly ne communiquait pas verbalement et seulement sa jumelle était en mesure de lui « parler ». Ses parents étaient bien impuissants et se contentaient de demander sans avoir de réponse en retour sauf de la part d’Anne. La cadette se faisait un plaisir de traduire les envies de sa sœur et même qu’elle en faisait un jeu. En échange, Kelly la protégeait contre vents et marées. Il ne fallait même pas songer à approcher la petite Anne sans son consentement. À trois ans, les enfants mordent très fort vous savez.

Ce petit manège dura sept ans. Les autres gamins venaient rarement jouer avec les jumelles Darwin et celles-ci en étaient très accommodées. Parfois, on les voyait toutes les deux assises dans leur coin solitaire. Dans ces moments-là, elles ne faisaient que se regarder droit dans les yeux sans jamais que l’une d’entre elles produise le moindre son. Elles étaient ensemble, n’était-ce pas suffisant ? Toujours marchant main dans la main, dormant dans la même chambre, s’habillant et se peignant exactement pareille. Un peu plus et elles auraient mangé dans un unique plat commun. Ce comportement sonnait bien étrange sous les regards des voisins et de la famille. « Quelles étranges jumelles nous avons là… » « Que fabriquent-elles à se fixer ainsi ? » « Ne trouves-tu pas qu’on dirait presqu’elles communiquent par la pensée ? » Les commentaires allaient bon train dans la banlieue, mais ce n’était qu’un sujet comme tant d’autres. Elles étaient comme ça les petites, voilà tout. Qui aurait voulu les changer et perdre ce minuscule détail qui changeait de la routine morne et ennuyeuse ? Cette année-là, Kelly prononça son premier mot. Un mot unique, mais si débordant d’affection et d’attachement qu’Erik et Rosalynd eurent le souffle coupé Ce mot représentait tout simplement l’autre moitié de Kelly : Anne. Les jumelles de sept ans ne finissaient plus d’étonner leurs parents. Une autre particularité les démarquait aussi du lot des enfants dit normaux : Elles avaient la capacité de ressentir plus ou moins ce que l’autre ressentait. Enfin, c’est ce que leurs parents affirmaient haut et fort. Qui aurait pu en douter après avoir rencontré les fillettes ? Des gens des alentours venaient à chaque jour rencontrer la famille Darwins pour leur montrer leurs découvertes sur le sujet. « Savez-vous ce que j’ai découvert ? Et bien, il semblerait que de tels dons aient déjà été remarqués chez d’autres jumeaux identiques. » Ce discours, Rosalynda et Erik l’avaient entendu des milliards de fois, mais ils avaient peine à croire que leurs filles ne soient pas uniques. Elles étaient leurs joyaux, leurs plus grandes réussites.

Trois ans plus tard…tout bascula. Dans les environs, tout le monde connaissait les fameuses sœurs Kelly et Anne. Le soir, dans les familles, quelqu’un s’assoyait dans le fauteuil au centre du salon et racontait les nouvelles fraîches qu’il avait su sur les Darwins. Ainsi les ragots voyagèrent de maison en maison jusqu’à une productrice d’une émission spécialisée dans les enfants aux aptitudes particulières. Kelly et Anna eurent droit à une heure de télévision consacrée uniquement à elles. Dans le petit compté, leur réputation était faite. Un jour, un docteur discuta au téléphone avec Erik. Il lui proposa d’étudier le comportement de ses filles pour mieux comprendre les liens mystiques entre les jumeaux. Ce docteur Edison faisait parti d’un centre de recherche très réputé et cela mit Erik immédiatement en confiance. Il en parla à sa femme et tous deux furent ravis de l’offre. Avec un peu de chance, le docteur Edison ferait en sorte que leurs filles sortent de leur monde où seulement elles existaient. À dix ans, les jeunes aiment habituellement socialiser entre eux. Pourtant, Kelly et Anne ne s’intéressaient pas aux autres enfants de leur âge. Il était temps que ça change.

Toute la famille Darwins arriva à l’institut le mois suivant, celui du dixième anniversaire des fillettes. La secrétaire leur fit remplir des formulaires et on les conduisit à leur chambre ou plutôt à leurs deux chambres. Celle des jumelles ne se trouvait pas dans le même secteur que celle de leurs parents. Le docteur Edison les rassura en leur disant que cela favorisait l’étude du contact des petites puisqu’elles seraient isolées. Pourtant, un matin, Rosalynd trouva la pièce vide. Aucune trace de ses filles. Rien, même leurs vêtements avaient disparus. Tout l’établissement en fut ébranlé. Des recherches furent organisées, mais on ne retrouva nul indice. Les caméras de surveillance n’avaient rien capté. Les jumelles Darwins s’étaient juste volatilisées. La police vint à la rescousse, mais n’obtint guère de meilleurs résultats. Des anciens Erik et Rosalynd, il ne restait rien. Leur joie s’était envolée avec leurs filles. Longtemps, on accusa le docteur Edison, mais faute de preuves, il ne fut pas inculpé. Cependant, la renommée du centre de recherche fut détruite et l’histoire des jumelles spéciales tomba tranquillement dans l’oubli.

Mais que c’est-il passé du point de vue des deux fillettes ? Cette fameuse nuit-là, Kelly réveilla Anne précipitamment. L’aînée avait entendu du bruit dans le couloir. D’un mouvement quasi identique, les sœurs sortirent à pas de loup de leurs lits respectifs. Quelque chose n’allait pas…On ouvrit doucement la porte de leur chambre. Le docteur Edison pointa le bout de son nez et afficha un air surpris quand il aperçut les gamines tout à fait réveillées. Un autre homme fit son entrée. Un homme que les jumelles n’avaient jamais vu et qui portait un drôle d’uniforme. Kelly pressa la main de sa sœur dans la sienne. Cet uniforme, elle le connaissait. Du haut de ses dix ans, elle reconnaissait l’emblème qu’elle avait tant de fois vu à la télévision. L’organisation...voilà c’était ça ! La petite fille était assez vieille pour se souvenir de ce détail, mais pas assez pour avoir saisi les rumeurs à son sujet. Ces ouï-dire sur des jeunes qui disparaissaient mystérieusement. Non, ni Kelly ni Anne n’en connaissait les véritables risques. L’homme glissa une liasse de billets verts dans la chemise du docteur devant le regard terrifié des jumelles. Celles-ci hurlaient à pleins poumons, mais le secteur, à l’abri des autres, était complètement vide.


Docteur Edison : Est-ce bien prudent de me donner…ma…ma part du contrat devant les…les gamines ?
L’homme : Ne vous inquiétez pas. Elles auront bien d’autres choses en tête dans très peu de temps et je doute fort qu’elles puissent raconter ce qu’elles ont vu là où elles s’en vont.
Docteur Edison : Oui, oui. Bien...bien sûr.
L’homme : Cessez de bégayer des mots absurdes et partez. Pas question qu’on vous surprenne ici.
Docteur Edison : Tout…tout…Je veux dire, tout de suite monsieur.

Apeurées, les deux fillettes regardèrent le docteur prendre la fuite et les laisser avec l’étrange monsieur de l’organisation. Celui-ci leur sourit de toutes ses dents. Des dents de prédateurs pensèrent à l’unisson les jumelles. Comme les dents du grand méchant loup dans le petit chaperon rouge, leur livre préféré. Sauf que là, il n’y avait nul chasseur pour les sauver.

L’homme : Allons mes petites, ne bougez pas. Vous allez faire un beau dodo et je vais vous conduire dans un endroit merveilleux.
Anne : Nous y allons ensemble ma sœur et moi ?
L’homme : Certainement, vous resterez toujours ensemble. Quel est le dicton déjà ? Pour le meilleur et pour le pire ?

Dès qu’il eut fini de parler, l’homme se précipita sur les jumelles et leur glissa chacune leur tour un mouchoir sur le nez. Les fillettes sentirent une étrange odeur et leurs yeux se fermèrent tout doucement…doucement.

Kelly se réveilla la première. Elle était attachée à l’arrière d’une voiture. Les vitres teintées ne lui permettaient pas de voir quoi que ce soit. Sans même un regard vers sa droite, elle sut que sa sœur y était. Oui, elles étaient toujours ensemble. Anne ouvrit les yeux, sa bouche était pâteuse et elle avait mal à la tête. L’instinct d’aînée qu’elle portait depuis leur jeunesse souffla à Kelly de rassurer sa petite sœur. Qu’importe la situation où les jumelles Darwins se trouvaient, c’était à Kelly de protéger Anne. Toujours...oui toujours.


Kelly : Tout va bien Anne ?
Anne : Je crois…où sommes-nous Kelly ? Où sont papa et maman ?
Kelly : Je ne sais pas où nous sommes ni où se trouvent papa et maman, mais nous sommes ensemble. N’est-ce pas là l’important ?
Anne (reniflements et pleurs): Oui, mais j’ai peur Kelly.
Kelly : Il ne faut pas. Je serai toujours là pour toi.

Kelly avait presque murmuré la fin de sa phrase et Anne se rendormit sur son épaule, bercée par le roulement de la voiture. Kelly colla son front contre la vitre glacée. Elle avait terriblement peur, mais comment l’avouer à sa jumelle ? Celle-ci devait être vraiment désorientée pour ne pas avoir senti les battements furieux du cœur de Kelly. Depuis la première fois depuis leur naissance, elles devaient réellement ne compter que l’une sur l’autre…

Doc. : Mary Ducharme Date : C’est une excellente question.

Aujourd’hui, j’ai débuté les expérimentations sur les jumelles qu’on m’a apportées il y a quelques jours. C’est du jamais vu dans mon laboratoire ! Elles sont parfaitement identiques et semblent avoir une excellente condition physique. Mes supérieurs m’ont demandé de réaliser un projet qui renouvellerait les autres et d’étudier le lien qui uni les deux fillettes. Évidemment, je dois tout noter dans mon cahier. C’est une des habitudes qui m’est restée depuis l’université. Mon cœur trépigne d’impatience face à ce que je vais faire. L’idée est simple. Je dois implanter deux ADN de créatures différentes dans deux êtres qui ont déjà un ADN quasi identique. Pour Kelly, j’ai choisi les gènes d’une nymphe. Elle a déjà la douceur d’une petite fleur. Pour Anne, j’ai opté pour les gènes d’une sylphide à cause de son caractère aussi transparent que de l’air. Dès qu’on a impression de la comprendre, elle nous glisse entre les doigts. J’appréhende déjà les résultats. Ces Yokaïs viennent de cultures différentes. Les nymphes ont des origines grecques et les sylphides, des origines celtes ou germaniques. Je prépare les injections et je vais rejoindre les filles dans leur cellule chambre.


Doc. : Mary Ducharme Date : Trois mois plus tard.

Les filles commencent à ressentir les changements. Elles ne se quittent jamais d’une semelle et ne pose pas un pied en dehors de leur chambre. De toute façon, où iraient-elles ? Je les entends parfois pleurer la nuit. Cela me fend le cœur, mais je dois le faire au nom de la science.
À noter : Les cheveux de Kelly deviennent roses très pâles et ses yeux deviennent encore plus bleu. On dirait presque qu’ils rayonnent. Malheureusement, les injections ont un effet indésirable : Kelly perd peu à peu de la mobilité dans ses jambes. Je crains qu’elle finisse handicapée si elle ne s’habitue pas rapidement aux traitements.
Anne ne donne pas vraiment des résultats concluants. Le bleu de ses yeux laisse tranquillement place à un jaune étrange, mais cela se fait beaucoup moins rapidement que sa sœur. Aucun autre indice laissant à croire une possible transformation. Avons-nous placer trop d’espoirs en elle ? Depuis quelques temps, je la trouve trop calme…vraiment trop calme.


Doc. : Mary Ducharme Date : 6 mois après l’arrivée des jumelles.

Kelly est en fauteuil-roulant. Elle ne ressent plus du tout ses jambes. Cependant, je pense toujours qu’elle peut être utilisable. Ses cheveux sont définitivement devenus roses et ses yeux sont du bleu le plus limpide que je n’ai jamais vu. Hier soir, j’ai placé un pot contenant une plante morte près de son lit et ce matin, à la place, j’ai trouvé une plante presque en fleurs. Conclusion : Elle fait vraiment des progrès.
Anne me pose plus de problèmes. Kelly me regarde avec la méfiance d’un chien en cage depuis trop longtemps (Et c’est tout à fait compréhensible), mais Anne ne m’adresse même pas un regard. C’est comme si je n’existais pas ses yeux. Elle ne socialise pas non plus avec les autres jeunes cobayes patients contrairement à sa sœur. Pour Anne, il n’y a que sa jumelle qui existe. Que dois-je donc comprendre ? À quel point le lien des jumelles se renforcit-il avec le traitement ?
À noter : J’ai constaté avec soulagement un autre changement chez Anne. Ses cheveux blanchissent. Est-ce le début de quelque chose de plus grand ? Autre chose : J’ai entendu Anne se plaindre à Kelly d’une douleur dans l’œil droit. J’espère que ce n’est pas trop grave.


Doc. : Mary Ducharme Date : Les jumelles fêtent leur premier anniversaire de séjour au centre de recherches ou plutôt dans mon labo.

Que dire ? Les jumelles ont eu 11 ans le mois passé. Je crois qu’elles commencent à comprendre qu’elles ne reverront sûrement pas leurs parents. Kelly fait d’incroyables progrès. Elle est maintenant capable de communiquer avec les animaux. Ses jambes défectueuses ne semblent plus beaucoup l’importuner, mais je lis parfois dans ses yeux, son envie de courir avec les autres. Ses traits sont chaque jour un peu plus délicats. Son organisme produit de plus en plus de sang avec les mêmes priorités que la nymphe d’origine. Nous sommes sur la bonne voie avec elle. Le seul hic est que ses forces déclinent à mesure que ses pouvoirs augmentent. Je crains le pire…irons-nous jusqu’au bout ?
Anne ne démontre peu ou pas de capacités. Elle semble affectée par les faiblesses de sa sœur. La seule amélioration démontrée est la suivante : Il y a deux jours, elle a éteint la flamme d’une bougie par la seule force de sa pensée alors qu’elle se trouvait à l’autre bout de la pièce. Les sylphides sont les élémentaires de l’air. Est-ce un aperçu de ce que peut faire la fillette ? J’ai comme l’impression que c’est Anne elle-même qui me dissimule ses aptitudes, déjà qu’elle ne m’adresse pas la parole. Il y a deux mois, l’œil droit d’Anne a infecté et est devenu blanc. Je pense que les injections sont la cause du problème, mais que puis-je y faire ? Il m’est interdit d’arrêter. C’est au nom de la science…n’est-ce pas ? Cependant, j’ai bien peur qu’Anne perde définitivement la vue du côté droit.
Question importante : Si j’en perds une, est-ce que je perds l’autre aussi ?


Doc. : Mary Ducharme Date : Six mois plus tard.


Kelly est vraiment faible ; elle ne sort pas du lit. Anne reste sans cesse à son chevet. On dirait une statue. Je crains pour l’ainée Darwins. Si elle survie aux traitements, il y a de bonne chance qu’elle reste paraplégique. Dire qu’elle n’a que 11 ans...Sur une note plus positive, elle nous a montré un véritable aperçu de ce qu’elle est capable de faire. Devant mes yeux, Kelly a créé une multitude de fleurs éternelles. (Les fleurs éternelles sont des fleurs qui ne fânent jamais. Il y a très longtemps de cela, les nymphes en cultivaient des champs complets.) Je les ai placées dans une petite boîte sur sa table de chevet. Elle doit savoir que malgré ses conditions physiques, elle peut faire de très belles choses.
Anne a perdu l’usage de son œil infecté il y a de cela un mois. De peur qu’il infecte tout son organisme, j’ai dût demander à ce qu’on l’opère. Un de mes camarades lui a complètement enlevé le globe oculaire. Elle n’a plus qu’une orbite vide. Pauvre petite...Je commence à dire des sottises. C’est comme si je m’attachais aux petites jumelles, mais je ne dois pas...surtout pas. Anne me fait peur. On vient de lui retirer l’œil droit et elle ne réagit même pas. Les jumelles n’ont aucune tentative d’évasion ni l’une ni l’autre dans leur dossier. Mais je ne crois pas qu’Anne partirait sans Kelly ; elles sont trop soudées. Ah j’oubliais, le pouls d’Anne a ralentit pour se mettre au même rythme que celui de Kelly ? Comment cela se peut-il ? Et comment Anne peut-elle être encore debout ?
À noter : Anne arrive à lever un mouchoir de poche. Les résultats ne sont toujours pas encourageants si on la compare aux autres patients.


Doc. : Mary Ducharme Date : Cela fait deux ans que Kelly et Anne sont ici.

Les jumelles ont eu douze ans et, maintenant, Kelly est dans le coma depuis une semaine. Je devais m’y attendre et pourtant ça me brise le cœur. C’est arrivé si vite ! Je doute qu’on puisse la réanimer, mais je garde espoir. Anne veille à son chevet. Celle-ci est de plus en plus faible. Je n’ai noté aucune nouvelle particularité et c’est compréhensible. Elle peine à rester debout et elle n’a jamais possédé l’esprit combatif de sa sœur. Si seulement elle voulait s’accrocher à quelque chose. S’il existe vraiment un dieu en ce monde, aidez-moi s’il vous plaît. J’ai vraiment peur de les perdre. Deux années de travail jetées à l’eau serait vraiment trop dures à supporter. Quand je pense que les parents des jumelles n’ont toujours pas abandonné les recherches. Et moi qu’est-ce que je fabrique avec leurs filles ? Je les conduis à l’abattoir ! Mais je dois continuer, sinon c’est moi qui irai à l’abattoir. J’entends un bruit sourd venant de la chambre. Je crois que c’est Anne. Oh mon dieu...


Doc. : Mary Ducharme Date : 1 mois plus tard

D’habitude, je ne trouve pas le temps de noter aussi rapidement ce qui se passe dans le labo, mais là tout va de travers. Les deux jumelles sont dans le coma. Leur coeur a repris une vitesse normale, mais aucun signe de lucidité de la part des fillettes. Ce sont de vrais légumes et je ne trouve pas la cause. Pourtant, je sais que la clé est quelque part, mais où ?
Mes directeurs sont venus me voir le jour où Anne est tombée dans le coma ; si d’ici quatre mois, je n’ai aucun indice de rétablissement, je dois débrancher les jumelles. Elles sont chères à entretenir et ce n’est que deux pertes parmi tant d’autres d’après eux. Ils ont tord, je le sens.

~*~*~*~*~*~*~

Le vide...il fait tellement noir. Deux petites lumières essaient de se battre contre l’obscurité. Elles sont seules, elles le savent, mais ce n’est pas grave ; elles ont l’habitude de ne compter que sur elles-mêmes. Le sommeil les engourdit, mais elles luttent. Oui, elles se battent toujours. Elles veulent ressentir à nouveau la chaleur des rayons du soleil sur leur peau, elles veulent goûter aux plaisirs d’être libre une nouvelle fois et surtout, elles veulent voir leur peau se rider et vivre jusqu’à être très très vieille. Alors, les petites lucioles éclairent comme elles le peuvent. Sentir la présence de l’autre est une véritable bénédiction. Toujours ensemble...


Anne : Kelly...
Kelly : Oui ?
Anne : J’ai peur...
Kelly : De quoi ?
Anne : Que tu t’en ailles.
Kelly : Je serai toujours près de toi...toujours. Peut-importe la façon.
Anne : Alors pourquoi est-ce que je sens que ta lumière s’éteind ? Pourquoi est-ce que ton cœur ne bat plus près du mien ?
Kelly : ...
Anne : KELLY !!
Kelly : Je t’aime Anne...ne l’oublie pas...ne m’oublie pas...toujours ensemble...promets-le-moi...
Anne : Je te le promets ! Non...non...je ne t’oublierai jamais. Tu seras toujours ma sœur, mais restes avec moi...Kelly ?
Kelly : Ils se trompent tous Anne. C’est toi la plus forte. Survie pour moi s’il te plaît.

Et là, une petite lumière s’éteint sans bruit. L’heure ne s’est pas figée et le monde ne s’est pas arrêté pour personne sauf pour la deuxième petite lumière. Dans un dernier souffle, celle qui fut Kelly envoie toute sa force à son dernier point d’ancrage. Par leur connexion, Anne reçoit l’ensemble de l’énergie qui restait à sa sœur. Lentement, elle se sent revivre et cela de plus d’une façon. Doit-elle ouvrir les yeux ? Elle en n’a pas envie. Que lui reste-t-il ? Il n’y a que ces mots qui la frappent durement : Survie pour moi...

~*~*~*~*~*~*~

Doc. : [I] Mary Ducharme
Date : Cela fait deux ans et quatre mois que les jumelles sont arrivées ici.

Kelly est morte...elle est morte depuis près de deux semaines. Anne ne s’est réveillée que depuis hier. Elle ne parle pas ni ne mange. Tout ce qu’elle fait c’est hurler à s’en fendre l’âme et frapper le sol avec l’énergie du désespoir. Qu’aie-je fait mon dieu ? Qu’aie-je fait ? J’ai dût attacher la petite à son lit et mes collègues me menacent de la bâillonner si elle ne se tait pas. Tous les autres patients réagissent mal à ses cris. [...]
J’ai finalement trouvé pourquoi les jumelles étaient tombées malades. C’était la dernière étape importante de leur mutation. Elles n’ont pas réagi comme les autres avant elles. J’ignore pourquoi. Ce n’est pas le plus important. Ce qu’il faut comprendre, c’est que seul les plus forts survivent. Kelly n’était pas assez forte...j’aurais juré le contraire. Enfin, c’est Anne qui a survécu, mais pas tout à fait intacte. Comment expliquer ce phénomène ? Il arrive parfois que les cheveux de la petite deviennent roses...comme l’étaient ceux de sa sœur. Ils redeviennent normaux après quelques heures. Ça lui arrive deux ou trois fois pas jour. Aussi, il y a ce regard, le même que celui de Kelly et pour terminer, cette soudaine passion pour les fleurs. Je ne comprends pas tout...
Hypothèse : Kelly et Anne auraient-elles pu fusionner pour ne former qu’un seul être, Kelly-Anne ?


Doc. : Mary Ducharme Date : Quatre ans se sont écoulés depuis l’arrivée des jumelles.
Je me rends compte que je délaisse mon fidèle cahier. J’écris très peu ces temps-ci, mais j’ai du boulot pardessus la tête. Anne a eu quatorze ans. Elle est déjà adolescente, mais si tu veux mon avis, à l’intérieur, elle est bien plus vieille. Pour son anniversaire, je lui ai offert pour la première fois un cadeau. Après tout ce temps, je me sens encore terriblement mal. J’ai demandé à un artisan de ma connaissance de me fabriquer divers accessoires à partir des fleurs éternelles de Kelly afin de les donner à Anne. Tout y est passé : Élastiques, barrettes, serre-têtes et j’ai même obtenu une panoplie de cache-œil. Anne ne pourra pas indéfiniment porter un bandage autour de la tête pour cacher son orbite vide, surtout si le “projet” se concrétise.
À noter : Mon hypothèse était fausse. Kelly et Anne n’ont pas fusionné. Kelly est vraiment morte. J’ai cependant découvert, grâce à mes recherches, que le lien entre les jumelles était si puissant qu’il a transformé Anne en mémorial vivant de sa soeur. Anne n’a aucune trace de sang de nymphe et pourtant elle a parfois les cheveux roses pour la seule raison que c’est sa façon de ne jamais oublier sa sœur. La même raison s’applique pour expliquer sa soudaine attirance pour les fleurs.


Doc. : Mary Ducharme Date : Cinq après l’arrivé d’Anne dans ma vie.

La transformation est complétée. L’ADN d’Anne a totalement accepté celui de la sylphide. Ses pouvoirs ont évolué au-delà de toutes mes espérances. Mes directeurs sont venus me féliciter. Un échec sur deux, ce n’est pas si mal qu’ils ont dit. Qu’est-ce qu’ils en savent ? Ils ne m’ont jamais révélé où le corps de Kelly avait fini son voyage, mais je doute bien qu’ils l’ont fait disparaître comme tous les autres avant lui. Ce n’était pas la première à mourir dans ces laboratoires...Je me demande combien de temps encore, je vais pouvoir faire ce métier. Je n’ose pas imaginer ce qu’ils font aux déserteurs.
Dans quelques jours, Anne prend la direction de Wonderland Gakuen. J’espère qu’elle s’y plaira même si elle doit entrer au service d’un humain. On doit tous servir quelqu’un, un jour ou l’autre, dans notre vie de toute façon. Elle va me manquer, mais elle a quinze ans ; elle doit voler non pas de ses propres ailes, mais loin du nid. J’ai eu une pensée pour sa mère. Cette dame comprendrait-elle comment sa fille a fait avancer nos connaissances au profit...de la mort de sa jumelle ? Presque trois ans déjà qu’elle nous a quitté et déjà cinq ans que j’ai accueilli, un bon matin, deux gamines d’à peine dix ans. Anne a perdu ses parents, sa soeur, sa nature humaine, sa liberté, son œil et bien d’autres choses pour la science. Que lui reste-t-il encore à donner ?



A quoi ressembles-tu ?


Il est toujours très difficile de décrire quelqu’un physiquement puisque la personne ne cesse de changer à travers les années. J’ai recueilli les témoignages de deux personnes. Ça m’a plutôt intriguée d’avoir autant d’avis contradictoires.

D’après Rosalynda Darwins : Comment était ma fille…ou plutôt mes filles ? C’est qu’il n’y avait qu’Erik et moi qui arrivions à les différencier. Et bien, les jumelles possédaient de magnifiques cheveux blonds et ondulés, mais qui ne dépassaient guère leurs épaules. Sinon, ça les aurait gêné dans leurs jeux. Je me souviens qu’elles étaient plutôt frêles ; les fillettes se situaient bien en-dessous de la moyenne de grandeur. Leurs joues étaient si rebondies qu’on avait envie de les pincer à chaque fois que les petites venaient nous cajoler. Ça ne leur plaisait pas toujours. Je me rappelle aussi de leurs magnifiques yeux d’un bleu resplendissant. Les gens venaient sans cesse nous complimenter pour les jolies demoiselles que nous avions là. Ah ! Je me souviens d’une ou deux différences entre mes filles. Kelly avait le plus adorable des sourires taquins. Lorsqu’elle souriait, elle le faisait de toutes ses dents et cela lui creusait deux petites fossettes toutes mignonnes. N’allez pas croire qu’Anne ne souriait pas, mais elle était de nature timide et réservée. Son sourire était discret et très peu démonstratif comme si elle avait peur de montrer ce qu’elle ressent. Autre différence : Leurs façons respectives de se tenir. Mon aînée se tenait toujours droite et fière. On aurait dit qu’elle voulait défier tout le monde du regard. Anne, elle, se tenait plus dans l’ombre comme si sa façon d’être lui évitait d’avoir autant d’attention que sa sœur. Après ça, je ne voie plus comment les différencier. Même nez retroussé, lèvres bien dessinées, visage ovale, ossature et le même ton de voix agréable à l’oreille. Oh, elles me manquent tellement…Excusez-moi, mais cela est trop douloureux et c’est tout ce que je pouvais vous dire. Mon mari est convaincu de leur mort, mais moi je garde espoir.

D’après le docteur Mary Ducharme : Vous voulez que je vous décrive Anne ? Pourquoi pas ? Seulement, jurez-moi de ne rien dire à mes supérieurs. Je ne voudrais pas avoir d’ennuis ou en attirer à Anne. Par où commencer ? Enfaite, Anne a beaucoup évolué depuis le début des traitements. Elle ne ressemble plus à une gamine au visage boudeur. Non, du haut de ses 15 ans, c’est presqu’une femme. La première chose qu’on remarque chez-elle, ce sont ses cheveux. Pourquoi ? Et bien, ils sont incroyablement longs. Elle les portait un peu en bas des épaules quand elle est arrivée ici et maintenant, ils lui arrivent presqu’aux chevilles. Je n’arrive pas à croire qu’en cinq ans, ils aient autant allongé. Il y a aussi la couleur : aussi blanc que les nuages. Des cheveux magnifiques si vous voulez vraiment mon avis, mais n’est-ce pas pour ça que vous êtes ici ? Enfin, il faut aussi noter qu’ils sont parfois d’un rose pâle, mais soutenu. Particularité léguée de sa sœur. Anne a aussi la peau blanchâtre qu’on associe aux sylphides dans les légendes. Celles-ci sont supposément cousines des elfes. Je ne m’affirmerai pas là-dessus, car je ne suis pas une spécialiste. En tout cas, son ossature est extrêmement fine comme si un sculpteur avait patiemment adouci et peaufiné ses traits. Et là, j’en arrive aux yeux et quels yeux ! Ses pupilles sont aussi jaunes que celles des chats ; on les dirait peintes. Ensuite, on en vient à sa taille. Elle mesure à peine 1m55. Elle a quinze ans, mais il semblerait que son ADN de sylphide fasse en sorte que sa croissance ralentisse. Je lui donnerais maximum douze ans si ses formes conventionnelles pour quelqu’un de son âge ne me disaient pas le contraire. Elle a une capacité physique soutenue et une endurance dissimulée derrière un corps chétif. Je l’ai déjà vu battre plusieurs garçons de l’établissement au bras de fer. Ah, autre chose ! Anne porte même quand elle dort un cache-œil fabriqué à partir des fleurs éternelles de sa sœur. (Voir histoire) Elle affectionne aussi particulièrement les barrettes faites à partir du même matériau. J’ai remarqué une nette préférence pour celles avec des roses. Était-ce les fleurs préférés de sa sœur ? Les deux derniers points concernent son poids et une caractéristique attribuée aux sylphides que pourtant la jeune fille ne possède pas. Plus précisément, Anne n’a pas d’ailes. La mutation n’est pas allée jusque-là, mais son poids s’est incroyablement allégé. C’est à croire qu’elle n’est faite que d’air. Grâce à cela, elle parvient tout de même à s’élever dans l’air en s’aidant de ses nouveaux pouvoirs. Je crois bien avoir fait le tour. Vous pouvez me détacher à présent ?



Miroir mon beau miroir, dévoile nous sa véritable nature ? Qui est-il réellement?


Encore une fois, j’ai dût comparer l’opinion de plusieurs personnes que j’ai classé en trois grandes catégories.

Si vous la croisez dans un couloir. (Groupe des connaissances): Elle est solitaire m’a-t-on dit. D’après bien des gens, elle est réservée et parle peu. Elle n’ouvre la bouche que lorsque c’est important. On dirait qu’elle veut se fondre dans le mur, mais ce n’est pas comme si elle se mêlait à la foule avec ses attributs physiques. Enfaite, elle est incompréhensible. Un jour, elle vous sourit et l’autre, elle vous ignore. Vraiment difficile à cerner cette petite. D’après mes contacts, il faut surtout éviter de parler en mal de sa sœur décédée et en aucun cas lui retirer son cache-œil. Il paraîtra qu’elle a honte de son orbite vide. Mais tous mes contacts étaient d’accord sur un point : Elle n’est pas du tout méchante si on ne la provoque pas. C’est à peine si elle réagit lorsqu’on lui donne des ordres. D’après les renseignements qu’on m’a fournis, je suppose que le fait d’avoir toujours écouter ses parents, sa sœur, puis les docteurs, l’a rendue soumise.

Si vous êtes un être cher. (Amis et famille) : « Une vrai perle » fut le commentaire le plus populaire. D’après son cercle d’amis plutôt restreint qu’elle s’est faite au cours de ces cinq années, elle adorable et on a toujours le goût de lui ébouriffer son épaisse chevelure. En plus, Anne se laisse faire sans jamais rechigner. Un vrai petit ange. Elle a le cœur sur la main cette petite. Elle ne refuse en aucun cas son aide à qui que ce soit. Même qu’elle effectue parfois des tours avec ses pouvoirs pour divertir ses camarades. D’après bien des contacts, on a un envie insoutenable de la protéger dès qu’on la connaît vraiment. Elle est tellement timide, mais son sourire vaut milles mots. On dit que sa sœur avait le même sourire. Les jumelles devaient former une sacrer paire à l’époque. D’ailleurs, il paraîtra qu’elle parle très peu de sa sœur ou du temps avant qu’elle arrive au centre de l’organisation. Une des amis l’aurait aperçu plusieurs fois se réfugier dans un coin pour pleurer sa chère jumelle disparue. Elle nous fait de la peine voilà tout cette petite. C’est un immensurable bonheur de la voir joyeuse de temps en temps. Surtout que sa joie est contagieuse.

Si vous ne pouvez même pas l’approcher sans avoir de l’urticaire. (Ennemis) : Les témoignages suivants furent tout à fait paradoxal à ceux précédant. D’après ce groupe, Anne est une véritable teigne. Elle fait les toutes jolies pour ne pas attirer les soupçons, mais elle est capricieuse et hautaine à sa manière. Elle n’est pas timide ; non, elle ne t’adresse pas la parole parce qu’elle ne te considère pas à son niveau. Et il vaut mieux éviter de la contrarié si vous ne voulez pas que ça vous retombe sur le nez. La jeune fille est tenace envers sa vengeance. Il paraîtrait qu’elle a déjà cassé le bras d’un gamin en utilisant ses dons pour l’envoyer se fracasser contre un mur. Pourquoi ? Il l’aurait traitée de borgne.

C’était tous les informations et commentaires que j’ai recueillis. Ils ne sont pas très clairs, je me l’avoue, mais personne n’a encore réussi à percer la coquille de la dernière fillette Darwins...



Pouvoir


Voyons voir...où aie-je mis le contre-rendu sur l’état des pouvoirs d’Anne ? Hum...le voilà ! Bon, à quel niveau est-elle rendue ? Anne est une demi-sylphide. Être considéré comme le génie ou l’élémentaire de l’air. Alors, devinez dans quelle branche se situe ses dons ? Le contrôle d’un élément bien sûr ! Plus précisément, celui de l’air. En un claquement de doigt, elle peut vous créer une incroyable bourrasque ou éteindre une allumette, mais n’allez pas croire qu’elle va vous faire des tempêtes. Vous voulez sa mort ? Ses aptitudes puisent dans son énergie vitale comme la plupart des autres patients. Mis à part cela, elle peut tout naturellement s’élever dans les airs en combinant son poids plume et la force de l’air. La gravité ? Que des sottises pour elle ! Elle peut très bien aller valser dans les nuages si elle le souhaite. Le dernier détail intéressant est qu’elle peut carrément liquéfier son corps. Enfin, je veux dire transformer ses molécules en molécule d’air pour se rendre invisible ou traverser des objets. Cependant, ce n’est qu’en cas d’extrême urgence qu’elle l’utilise ou à la demande d’un docteur. Se concentrer sur chaque molécule de son être demande une concentration intense qu’elle n’est capable de supporter pendant de très brèves minutes ou secondes, dépendant de son état de fatigue. Anne a d’ailleurs peur de se retrouver coincer dans un mur ou autre objet, qu’elle aurait tenté de traverser, à cause d’un moment d’inattention.



Derrière l'écran



[img[/img]


Prénom/Pseudo : Malys ou Marie
Age : 17 ans
Présence sur le forum : Ça dépend des semaines, mais aussi fréquente que je le pourrai.
Niveau Rp : Entre moyen et bon ? Enfin, vous jugerez sur mes rps ici.
Double-compte ? : OUI [ ] - NON [X]
Comment avez-vous connu le forum ? Hum...je crois bien que c’est un top-site.
Vos impressions, remarques :Contexte stimulant et design accrocheur. Il ne manque plus que des membres pour que ça soit au top !
Code : [ok by lulubelle]




Ps. J’ai vraiment fait une histoire...comment dire...euh...démesurée.x) Je ne sais pas si c’est mal, mais désolé aux pauvres personnes qui doivent me lire.=P


Dernière édition par Anne DARWINS le Sam 17 Mar - 17:45, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Déesse de la lune et de la chasse
avatar
Déesse de la lune et de la chasse


Messages : 906
Date d'inscription : 21/08/2011
Age : 26


Youre Secret Identity
Age : 18 ans
Pouvoir:
Rp en cours:

MessageSujet: Re: Anne Darwins Sam 3 Sep - 16:37

Coucou Anne et bienvenue ici !^^
Trop contente le forum commence à ce peupler.*_*
J'ai adoré ta façon de présenter ton histoire (bien qu'elle soit très triste. T_T), ton physique et ton caractère. Pour moi, ton niveau Rp est excellent.
Pour ton statut, c'est esclave et non étudiant.=3

le code est bon.
Comme tu as marqué en cours, dois-je considéré que tu as encore des choses à ajouter ou je peux de te valider ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kagami-no-ime-ji.forumgratuit.org
~L’ombre du souvenir~
avatar
~L’ombre du souvenir~


Messages : 53
Date d'inscription : 03/09/2011
Age : 21


Youre Secret Identity
Age : 15 ans
Pouvoir:
Rp en cours:

MessageSujet: Re: Anne Darwins Sam 3 Sep - 16:58

Hello !
Et merci.^^
J'ai changé mon statut. J'avais dût sauter ce détail. (Bouhouhou, moi esclave ?T.T) Nah, je vais être une gentille esclave soumise.xD

Je crois que j'ai fini. Les fautes ne me sautent plus aux yeux, c'est déjà ça.x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Déesse de la lune et de la chasse
avatar
Déesse de la lune et de la chasse


Messages : 906
Date d'inscription : 21/08/2011
Age : 26


Youre Secret Identity
Age : 18 ans
Pouvoir:
Rp en cours:

MessageSujet: Re: Anne Darwins Sam 3 Sep - 17:03

Alors je te valide.=3
J'espère que tu t'amuseras bien parmi nous.
Pense à aller activer ta feuille personnage dans ton profil et pourquoi pas à commencer à Rp.
Ou sinon, tu peux toujours aller faire un tour dans la partie flood en attendant.

Au plaisir de pouvoir Rp avec toi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kagami-no-ime-ji.forumgratuit.org
MessageSujet: Re: Anne Darwins

Revenir en haut Aller en bas

Anne Darwins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Marie-Anne, duchesse de Bouillon (terminée)
» [Bayonne] [Pastorale] Anne de Breuil
» [Baptême - R] Anne du Breuil
» [coupable] escroquerie viande anne lucie le 22 03 1456
» Unies par une glace - PV Clara & Andréanne
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kagami No Imeーji  :: Deuxième Acte : Vous :: Your secret Identity :: Identité Dévoilée-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Pensionnat